Retour en page d'accueil
Plan du site
contactez-nous
Accueil > AGRIPOL

Présentation

A l’instar des autres pôles d’ENDA Prospectives Dialogues Politiques (Enda Diapol), AGRIPOL « Des politiques concertées pour une agriculture durable en Afrique de l’Ouest » a pour objectif de promouvoir, de lancer et d’animer des cadres de concertation pour l’élaboration de politiques prenant en compte les intérêts des acteurs concernés, de la base au sommet. Ainsi, le renforcement du dialogue social et de la concertation entre les acteurs concernés sans distinction aucune constitue le pilier des activités de ce programme qui s’inscrit dans l’axe de travail « Economie, Commerce et Environnement » d’Enda Diapol.

AGRIPOL est née de la mise en œuvre avancée du programme « Durabilité des politiques commerciales liées à l’agriculture » qui avait pour porte d’entrée la problématique des filières cotonnières africaines. Ce cas d’école a permis de mettre en exergue les impacts négatifs des dysfonctionnements du système commercial international sur le vécu des populations à la base.

Les activités développées dans le cadre de ce programme ont permis de faciliter le renforcement des capacités des différents acteurs africains, des négociations commerciales, avec une grande acuité pour les acteurs à la base notamment les producteurs de coton.

En effet, ces derniers ont non seulement vu leurs capacités politiques et stratégiques renforcées, mais ils ont été également accompagnés dans le processus de leur qualification dans les enceintes de négociation et/ou de prise de décisions à différentes échelles (niveau national, régional et international). Mieux, ces producteurs de coton disposent aujourd’hui, d’une structure viable et capable de prendre en charge la majeure partie de leurs préoccupations dans l’optique de défendre de façon solidaire et avec un argumentaire bien fourni, leurs intérêts.

Lors de la dernière conférence de l’OMC tenue à Hong Kong, les cotonculteurs africains réunis au sein de l’Association des Producteurs de coton Africains (AProCA) ont défendu avec bec et ongle leur position de négociation . Il convient de rappeler que les subventions agricoles accordées par les pays du Nord à leurs producteurs impactent de manière négative sur la formation des cours mondiaux et faussent les jeux du commerce mondial. Aussi les cotonculteurs se sont-ils montrés très actifs ; surtout ils ont démontré qu’ils disposaient désormais de ressources humaines outillées capables de maîtriser les enjeux des négociations commerciales. Pour arriver à ses résultats palpables et reconnus de tous, Enda Diapol via AGRIPOL a développé un certain nombre d’activités parmi lesquelles nous avons :

• La création de cadres de concertations entre les différents acteurs des filières cotonnières africaines,

• L’initiation de campagne d’information, de sensibilisation, de plaidoyer et de lobbying auprès des différentes institutions politiques régionales et internationales,

• Le renforcement des capacités d’un pool de journalistes spécialisés sur les questions agricoles en lien avec les politiques commerciales, et ceci pour mieux relayer l’information au niveau des producteurs, des décideurs politiques, etc. • L’édition d’un livre « Négociations Commerciales Internationales et Réduction de la Pauvreté : le livre blanc sur le coton » ; qui regroupe plusieurs communications de spécialistes sur des questions agricoles et leurs différents enjeux dans les négociations commerciales.

Fort de cette expérience appréciée de tous, Enda Diapol a pu se positionner parmi les acteurs du développement qui ont une valeur ajoutée avérée sur les questions des politiques commerciales internationales en relation avec l’agriculture et plus spécifiquement les filières cotonnières africaines. Par ailleurs, l’équipe qui conduisait le programme « Durabilité des politiques commerciales liées à l’agriculture » a réalisé des études d’économie politique pour le compte de certaines institutions régionales et internationales, groupes de recherches et acteurs étatiques.

Pour Enda Diapol, la problématique des filières cotonnières africaines est un cas d’école ; dont il fallait partir pour élargir l’expérience au niveau des différentes spéculations agricoles cultivées en Afrique de l’Ouest. Mieux, Enda Diapol souhaite sortir des politiques commerciales et s’attaquer à la définition de toutes politiques liées à l’agriculture.

C’est de cette volonté manifeste de se repositionner sur sa ligne de conduite globale , que des mutations internes au sein de l’équipe conduisant le programme « Durabilité des politiques commerciales liées à l’agriculture » se sont opérées. Cette réorientation a été tout de suite marquée par la constitution d’une équipe renforcée formant un pôle constitué et dénommé :

AGRIPOL « Des politiques concertées pour une agriculture durable en Afrique de l’Ouest ».

Après avoir contribué à l’accompagnement et à l’appropriation des enjeux liés aux questions de la filière cotonnière en Afrique de l’Ouest, Enda Diapol via le pôle AGRIPOL a décidé de se repositionner et ceci en rapport avec le programme quinquennal 2007-2012 sur la gestion durable des filières cotonnières d’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Pour se faire AGRIPOL compte s’inscrire dans les prochaines années sur les axes suivants :

- Finaliser le processus d’accompagnement engagé avec les producteurs organisés au sein de l’AProca,

- Elargir le processus de réflexion et d’accompagnement au-delà de la spéculation coton, c’est-à-dire essayer d’orienter la réflexion vers d’autres filières comme les filières céréalières qui contribuent de manière sensible à la sécurité alimentaire,

- Capitaliser l’expérience acquise dans l’accompagnement des cotonculteurs africains en s’appuyant sur : la structuration de ces filières, l’amélioration de la gestion de l’offre, et surtout l’accès aux services agricoles qui peut revêtir plusieurs formes allant de la recherche agricole au financement d’intrants.

- Mettre en place et animer un réseau d’informations entre les différentes plateformes de l’AProca pour sensibiliser les producteurs sur les nouveaux enjeux auxquels ils vont être confrontés dans les années à venir notamment sur les réformes institutionnelles et l’adoption des OGM en Afrique de l’Ouest.


Haut de page


Savoir plus
publications
dossier
Réagir à cet article